Le rapport du cas de Mary Hardy Reeser. Cas de combustion spontanée ?

Le 2 Juillet 1951, à environ 8 heures, la propriétaire de Reeser, Pansy Carpenter, est arrivée à la porte de Reeser avec un télégramme. Devant la porte, elle a trouvé la poignée métallique trop chaude au touché et a appelé la police.  Les restes de Reeser, qui étaient en grande partie des cendres, ont été trouvés parmi les restes d’une chaise dans laquelle elle était assise. Seule une partie de son pied gauche (qui portait une pantoufle) et son épine dorsale sont restée identifiables. Les objets ménagers en plastique à distance du siège de l’incendie étaient ramollis et avaient perdu leurs formes.  Le 7 Juillet 1951, chef de la police de Saint-Pétersbourg J.R. Reichert a envoyé une boîte de preuves de la scène pour le directeur du FBI J. Edgar Hoover. Il a inclu des fragments de verre trouvés dans les cendres, six «petits objets que l’on croyait les dents», une section du tapis et une chaussure.

Même si le corps a été presque totalement incinéré, ce qui nécessite des températures très élevées, la pièce dans laquelle a eu lieu la combustion a montré peu de preuves de l’incendie.  Combustion spontanée?  Le mystère plane toujours!

Le document qui suit est le rapport fédéral du bureau d’enquête de Washington, DC.  Un rapport que Christian Page partage avec vous tous. Voir ci-bas:

combustion-spontanee-de-mary-hardy-reeser

Category: Histoire, mythes et légendes

Tags:

Photo: Alchetron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Nancy Mailloux

Article by: Nancy Mailloux

Hypnothérapeute